SOLUS

Homepage Solus / Précédent / Suivant

 

LOUIS-FERDINAND CELINE

 

 

BAGATELLES POUR UN MASSACRE

 

[19] (p. 201-210)

[201] vous écroulerez dans les fers entièrement avilis, pourris, vous continuerez à roter, complètement décervelés par tant et tant de sottises vociférées pour tout jugement, sur tous les tons de l'univers, Aryens devenus bien "Robots", vous voterez tous comme des robots, pour les ceusses qui remonteront vos mécaniques, toutes vos pendules, qui vous fourniront tout le courant: les Juifs.


[202]

Pourquoi n'aurais-je pas le droit, dans mon pays, de hurler que je n'aime
pas les Juifs Les francs-maçons se gênent-ils pour mener une
guerre à mort contre les curés Nous sommes en fascisme juif.


En vous parlant de toutes ces choses de traductions, de librairie... je me suis animé un peu... N'allez point m'estimer jaloux! Ce serait mal reconnaître ma parfaite indépendance. Les Juifs, je les emmerde bien, ils peuvent gentiment me le rendre, à droite, comme à gauche, comme au centre, en travers, au particulier. Ils ne me gênent personnellement qu'un petit peu, presque pas. Il s'agit d'un conflit tout à fait "idéolochique".

Certes, j'observe que par l'entremise des youpins: éditeurs, agents, publicistes, etc..., sous l'influence des films, scénarios juifs, agresseurs, branleurs pourrisseurs, de la politique juive en somme des consignes juives, occultes où officielles, la petite production artistique française, déjà si maigrichonne, si peu rayonnante, est en train bel et bien de crever... Les Juifs doivent écraser tout c'est entendu... Mais la vie n'est pas si longue, ni si joyeuse que cela puisse en vérité vous empêcher de dormir. Et puis demeurons tout à fait équitables, les Juifs furent toujours bien aidés dans leur _uvre de destruction, d'asservissement spirituel par les maniérismes "façon noble, renaissant" et puis ensuite pusillanimes, bourgeois officiels, enfin toute la châtrerie académique, puristique, désespérément obtuse dont succombent nos arts dits français.

Ce qui nous gêne le plus dans les Juifs, quand on examine la situation, c'est leur arrogance, leur revendicarisme, leur perpétuelle martyrologo-dervicherie, leur sale tam-tam. En Afrique, chez les mêmes nègres, ou leurs cousins au Cameroun, j'ai vécu des [203] années seul, dans un de leurs villages, en pleine forêt, sous la même paillotte, à la même calebasse. En Afrique, c'étaient des braves gens. Ici, ils me gênent, ils m'écoeurent. Ils ne devenaient tout à fait insupportables au Cameroun, qu'au moment de la pleine lune, ils devenaient torturants avec leur tam-tam... Mais les autres nuits, ils vous laissaient roupiller bien tranquille, en toute sécurité. Je parle du pays "pahoin", le plus nègre pays de nègres. Mais ici, à présent, en France, Lune ou pas Lune, toujours tam-tam!... Nègres pour nègres, je préfère les anthropophages... et puis pas ici... chez eux... Au fond, c'est le seul dommage qu'ils me causent, un dommage esthétique, je n'aime pas le tam-tam... Quant à la matérielle, mon Dieu! il m'était extrêmement facile de m'arranger... Je pouvais me payer le luxe, non seulement d'ignorer toutes ces turpitudes, mais il m'était enfantin de profiter, et comment, fort grassement, mirifiquement de cette invasion murine... putréfiante... Mille moyens, mille précédents! Il m'était loisible entre autres, si l'on considère mes charmes, mon très avantageux physique, ma situation pécuniaire solide, d'épouser sans faire tant d'histoires, quelque petite juive bien en cour... bien apparentée... (Il en vient toujours rôder, tâter un peu le terrain), me faire naturaliser par là même, "un petit peu juif"... Prouesse qui se porte superbement en médecine, dans les Arts, la noblesse, la politique... Passeport pour tous les triomphes, pour toutes les immunités... Tous ces propos, j'en conviens, tiennent du babillage... Bagatelles!... Babillons!... Nous avons noté que les Juifs semblent avoir choisi l'anglais pour la langue de standardisation universelle (ils faillirent opter pour l'allemand)...

N'est-il pas amusant à ce propos d'observer que les jeunes Juifs des meilleures familles (Juifs français compris), se rendent le plus souvent à Oxford pour achever leurs études. "Finishing touch!" Suprême vernis! Si je voulais, si les circonstances m'obligeaient, je pourrais peut-être écrire directement mes livres en anglais. C'est une corde pour me défendre, une petite corde à mon arc. Je ne devrais pas me plaindre... Mais personne ne m'a fait cadeau de mon petit arc... J'aurais bien voulu qu'on me fasse dans la vie quelques cadeaux! Tout est là!... Pour le moment je préfère encore écrire en français. . Je trouve l'anglais trop mou, trop délicat, trop chochote. Mais s'il le fallait... Et puis les Juifs anglo-américains me traduisent régulièrement, autre raison... et me lisent!... Nous ne sommes pas très nombreux, parmi les auteurs français [204] de la "classe internationale". Voilà le plus triste. Cinq ou six, je crois... tout au plus, qui pouvons étaler... C'est peu... beaucoup trop peu!... L'invasion est à sens unique, cela me gêne.

Les éditeurs judéo-anglo-saxons, très au courant des choses de la fabrication littéraire, les reconnaissent les romans "standard", ils en font fabriquer d'exactement semblables, tous les ans, par milliers, chez eux. Ils n'ont que faire de "répliques", s'embarrasser d'autres postiches... Personnellement, il me sera possible, sans doute, de me défendre encore pendant quelque temps, grâce à mon genre incantatoire, mon lyrisme ordurier vociférant, anathématique, dans ce genre très spécial, assez juif par côtés, je fais mieux que les Juifs, je leur donne des leçons. Cela me sauve. Je passe chez les Juifs des Etats-Unis pour un esprit fort. Pourvu que ça dure!


[205]


Nous ordonnons que tout Juif maudisse trois fois par jour
tout le peuple chrétien et prie Dieu de l'exterminer
avec ses rois et ses princes.
Le Talmud.


Tout à fait par hasard je tombe l'autre jour sur un journal que j'ignorais: "L'Univers Israélite", du 15 novembre 1937... Nous avons tort de ne pas lire régulièrement "L'Univers Israélite". Un seul numéro de cet U.I nous apprend beaucoup plus de choses essentielles sur la marche du monde, que toute notre presse trahisonnante, pour esclaves, pendant tout un mois.

Ainsi nous lisons: "L'Art de Hâbimah. A l'Exposition 37". Vous allez voir comme s est instructif...


"L'art en général peut être divisé en deux catégories: art national et art international...

"Au premier, appartiennent principalement les artistes de la parole:

poètes, orateurs, acteurs...

"Au deuxième, les peintres, les sculpteurs, les musiciens, les chanteurs. Le rayon des artistes de la parole est très limité; il s'étend sur tel pays, ou tel autre -- parfois il embrasse aussi un pays voisin. En d'autres termes les artistes de la parole sont organiquement liés à leur terre, et seul leur peuple les connaît, les comprend, les apprécie à leur juste valeur.

"Plus heureux est l'art international: ses enfants doués sont chéris dans le monde entier, ils sont partout chez eux, pour eux, tous les peuples ont des yeux et des oreilles. Les exemples ne manquent pas! Picasso et Chagall, Rodin et Epstein, Duncan et Fokine, Menuhin, Heifetz, Chaliapine...

[206] «De très grands artistes de la parole rompent de temps à autre les barrières de leur langue et de leur pays et deviennent internationaux -- telles la Duse et Sarah Bernhardt. Mais cela n'arrive que très rarement, il faut pour cela un talent extraordinaire, prodigieux, une situation particulière, une rare énergie, une langue universellement répandue.

"Vachtangoff, ce génial metteur en scène russo-arménien -- et en certain sens aussi juif -- s'est créé une méthode nouvelle. Il n'a pas voulu attendre que le grand, le très grand artiste fût né: il l'a pétri lui-même, lui a insufflé une âme vivante. Il y est parvenu principalement parce qu' il a su unir tous les talents de la parole en un ensemble magnifique, tous les tempéraments artistiques en un seul rythme, avec les qualités des uns suppléer aux défauts des autres. De plus, il avait incorporé dans chaque pièce théâtrale tous les arts possibles,-- musique et peinture, choeurs, danses et chants. Il ne l'a pas fait d'une façon mécanique mais d'une manière organique comme la religion dans ses extases de prières et de foi.

«La langue de la Bible, si belle qu'elle paraisse dans la bouche des artistes de "Habimah" ne joue qu'un rôle minime.

«Ce n'est pas en vain que de nombreux théâtres se sont mis à imiter "Habimah" dans son art, ils ont entrevu la colombe de l'Arche de Noé, l'annonciateur d'une expression internationale pour les artistes de la parole, ces émissaires spirituels qui créent des liens entre les peuples mieux que n'importe quel représentant diplomatique. C'est pourquoi nous devons tous saluer "Habimah" et ses artistes, à l'occasion de leur nouvelle apparition à Paris, contribuer à leur succès moral et matériel. Nul mieux que "Habimah" ne saurait parler pour nous au coeur des peuples étrangers qui ne nous connaissent pas ou ne veulent pas nous connaître."


******


On nous communique:


«Qu'à l'occasion des représentations du théâtre "Habimah", un comité de réception a été formé et est composé de MM.:

«Les grands-rabbins M. Lieber et Eisenstadt, Louis Jouvet, Charles Dullin, Gaston Baty, Georges et Ludmilla Pitoëf, Pierre Renoir, Marc Chagall, Max Nordau, Naoun Aronson, Chana Orloff Jules Adler, Georges Duhamel, de l'Académie française, Victor Basch, André Maurois, Chalom Asch, Z. Schneour, Paul [207] Abraham, Edmond Fleg, André Spire, Henri Hertz, Joseph Milbauer, Ivan Goll, Dr. Weill-Hallé, Me Marcel Mirtil, Louis Asscher, Robert Lévy, O. Pernikoff, I. Jefrykin, Léonard Rosenthal, René Rocher, Maurice Lhemann, I. Naïditch, Léonce Bernheim, M. Jarblum, Nahoum Hermann, Joseph Fischer, etc..."


Prague:

"L'Agence télégraphique juive nous apprend que M. Léon Blum, vice-président du Conseil, qui représentait le gouvernement de la République aux obsèques du Président Masaryk, a profité de son séjour à Prague pour visiter la vieille et célèbre synagogue: Altneuschul. M. Léon Blum, qui était accompagné de Mme et Mlle Blum, a été reçu à la synagogue par le président de la communauté juive de Prague qui lui a souhaité la bien venue en français et en hébreu."


Palestine:

"Le Conseil Municipal de Tel-Aviv a décidé de donner à une rue de la ville, le nom du président Masaryk."

(Le Président Masaryk, malgré toutes les effronteries journalistiques, détestait la France, grand prince de la franc-maçonnerie en Europe Centrale, il ne devait tout son pouvoir qu'à la juiverie franc-maçonne et communisante. Il ne jurait que par la culture judéo-anglaise. Il a préparé de toutes ses forces avec Bénès l'avènement du Judéo-Bolchevisme en Europe. La Tchéco-Slovaquie n'est que la citadelle avancée du Kremlin en Europe.)

Vienne:

"A la demande du gouvernement hongrois, les autorités de Vienne ont arrêté le Dr Buxbaum, de Jérusalem, délégué au récent congrès de I'Agoudath Israël à Marienbad.

"Le gouvernement hongrois demande l'extradition du Dr Buxbaum qui aurait fait partie, en 1919, du gouvernement de Béla Kuhn. Il avait été condamné à mort par le tribunal militaire, après la fin du régime communiste, mais réussit à fuir et se réfugia en Palestine.

"Le consul britannique à Vienne a protesté contre l'arrestation du Dr Buxbaum, celui-ci étant citoyen palestinien."

( "Juif" et "anglais" sont parfaitement synonymes, il faudrait bien s'en persuader, un Juif ou un Anglais c'est pareil.)

[208]

Petits faits divers

Palestine:

«Cependant le K. K. L. est resté et reste le grand acheteur foncier du Foyer national juif, puisqu'en 1937 il s'est rendu acquéreur de 20.000 dounams de terres, sur les 25.000 dont les Juifs sont devenus propriétaires.

"Malgré tous les obstacles, le K. K. L. compte réunir, cette année, un demi-million de livres. On n'est pas a court d'offres, car la grève a été a désastreuse pour l'économie arabe. Aussi les Arabes sont-ils prêts à vendre tout ce qu'ils peuvent.

"Il y a seize ans, le Keren Kayemeth possédait seulement 20.000 dounams de terres. Aujourd'hui nous en avons plus de 400.000. Nous avons réalisé la réforme foncière, qui consiste à nationaliser le sol, et nous l'avons fait magnifiquement."

L'Armée:

«Nous apprenons avec le plus grand plaisir la nomination de M. le Médecin Général Worms, professeur agrégé, actuellement directeur du Service de Santé du 1er Corps d'armée, comme directeur de l'Ecole de Santé Militaire à Lyon, et lui adressons nos plus sincères félicitations."


********


Et chaque numéro de l'"Univers Israélite" contient pour le moins autant de renseignements, d'enseignements très précieux que ce banal exemplaire. Absolument inutile de lire nos autres cancans indigènes, tous endormeurs, fourvoyeurs, sournoisement frivoles (par ordre). "L'univers Israélite" les devance, les résume, les domine, les éteint tous de très haut, de très loin. Il nous donne les véritables nouvelles du Monde et de la France. Voilà "L'Eclaireur de France".


[209]

Encore de l'"Univers Israélite" du 19 novembre 1937:


«Me J. Tchernoff a fait le dimanche 7 novembre, devant les auditeurs de "Chema Israël" une très remarquable conférence sur le Judaïsme, source de justice et de morale... Nos lecteurs connaissent Me Tchernoff, avocat réputé du barreau de Paris, l'un des maîtres incontestés du droit pénal financier, historien, sociologue, écrivain... et excellent juif (textuel). Me Tchernoff s'est toujours penché avec compréhension et sympathie sur "les problèmes juifs...", etc..., etc...

Que nous apprend donc Me Tchernoff au cours de cette "remarquable conférence"?... "Qu'il est absurde et criminel de vouloir identifier le judaïsme et le bolchevisme une doctrine de calme et d'évolution avec une doctrine de violence et de révolution..."

Est-on plus culotté ?...

Que nous raconte encore Me Tchernoff?...

"La Révolution bolchevique 17 à laquelle ont pris part entre "autres quelques Juifs déjudaïsés ..." Magnifique!... sublime... Prenez ici le Juif en flagrant délit de disculpation, de propagande communiste oblique... "Quelques!"... "Déjudaïsés!"... Délicieux! Adorable! Suprême!... A s'en tordre la synagogue!... Mais le premier conseil des Commissaires du Peuple "17" fut précisément entièrement constitué par des Juifs... et depuis lors cela n'a pas changé!... Me Tchernoff le sait mieux que personne!... "Déjudaisés!" Mais le Komintern c'est le Judaïsme même!... le [210] Consistoire le plus exécutif!... le plus ardent, le plus intransigeant, le plus sanglant de la Planète!...

L'occasion est excellente puisque nous touchons à la Révolution 17 de parler encore un peu du fameux Félix M. Warburg... le grand banquier juif de New-York, vous savez? le gendre de Jacob Schiff, chef de la famille Warburg, de la clinique Loeb, Barush, Hanauer, etc... Warburg qui subventionna le vieux breton Trotsky (15 milliards, puis 200 milliards), Parvus, Lénine et tous les autres pour révolutionner la Russie en 17. L'était-il aussi celui-là "déjudaïsé" ?... Ce "l'un des quelques juifs" ?...

Il n'y paraît guère... Il vient précisément de mourir à New-York le 20 octobre dernier, ce très puissant Félix M. Warburg, véritable instigateur, créateur du Communisme en Russie (calmez-vous, la famille Warburg n'est pas éteinte)... Qu'apprenons-nous à propos de cette mort... Que toutes les synagogues du monde entier résonnent, bourdonnent actuellement en prières pour le repos de son âme... Quel émoi dans les Consistoires!... Ce ne sont que services funèbres solennels après services solennels... Précisément à Paris le 31 octobre dernier, M. Léon Bramson, président de l'Ort (la grande oeuvre juive)... M. R. de Rothschild, MM. Bodenheimer, Bader, Weill, etc.... portent les paroles de lamentation... Nous trouvons toute la haute juiverie dans les larmes... et la petite juiverie de même... avec les "bonnes oeuvres"... Toute la tribu se presse autour de ses rabbins pour gémir à la perte de son très grand Juif de patriarche, américano-soviético-milliardaire. "L'extraordinaire charme qui émanait de Félix M. Warburg, sa grande noblesse de "caractère, sa générosité, son dévouement à l'oeuvre de reconstruction économique des masses juives déclassées... Ce fut au cours de la grande guerre et des années qui suivirent que le disparu, constammert sur la brèche, s'employa le plus activement et le plus généreusement à alléger les souffrances et à panser les maux inouïs causés par la guerre aux millions de Juifs de l'Europe Centrale et Orientale... Grâce à lui, le judaïsme américain coordonna ses efforts..., etc...."

Tu parles!... En somme l'éloge funèbre d'un grand monarque universel... Justice d'ailleurs... Justice!... Louis XIV n'était qu'un très petit sire en fait de victoires à côté de Félix M. Warburg de New-York!... Lui pouvait causer d'un règne triomphal!... Comprenez-vous ces très beaux euphémismes ?... "les masses juives


Ce texte comporte les pages 201-210 du pamphlet de Louis-Ferdinand Céline, intitulé Bagatelles pour un massacre. Le "massacre", dans la pensée de l'auteur, est évidemment celui qu'il prévoit, en 1937, comme ce qui arriverait s'il éclatait une deuxième guerre mondiale.

Contrairement à la rumeur, les pamphlets ne sont pas interdit par des lois, des règlements ou des tribunaux. Ils n'ont pas été réédités par des maisons d'édition ayant pignon sur rue parce que l'auteur, revenu en France, voulait pouvoir vendre les livres qu'il écrivait alors pour gagner sa pitance. Cette mesure d'opportunité n'a plus lieu d'être après la disparition de l'auteur, en 1961. Personne n'a la droit de soustraire à la légitime curiosité des générations suivantes ce qui a été le noyau incandescent de la littérature française vers le milieu du vingtième siècle.

Le texte ici reproduit est celui d'une édition probablement pirate. Les détenteurs d'une éditions réellement authentique voudront bien nous signaler les éventuelles différences.

D'autres groupes de 10 pages suivront.

++++++++++++++++++++++++++++

Vous avez téléchargé ce document à<http://www.abbc.net/solus/baga19.html>


Homepage Solus / Précédent / Suivant

[email protected]