SOLUS

Homepage Solus / Précédent / Suivant

 

LOUIS-FERDINAND CELINE

 

 

BAGATELLES POUR UN MASSACRE

 

[31] (p. 321-320)

[321]

Si l'on me retrouve un de ces matins avec un petit porte-manteau...
Inutile de faire semblant d'avoir l'air de chercher...


(Il n'en coûte que 3 à 4.000 francs, pour faire abattre un homme, n'importe quel jour à Paris, un peu moins à New-York, un peu plus à Londres...).

Gutman bien poussé à fond, il s'est dévoilé tel qu'il est, une méchante, rancuneuse nature... Comme je recommençais à lui dire, tout ce que je pensais de bien des Juifs... Il s'est tout à fait fâché!... Il s'est foutu en quart affreux... Il est parti dans une crise! une vraie colère de maudit...

--Mais tu délires, Ferdinand!... Nom de Dieu t'es saoul!... T'es noir à rouler, ma parole, t'es qu'un sale buveur "habituel"... Mais je vais te faire interner! Je te jure!... T'as beau être confrère!... Ça ne va pas traîner... J'ai des relations dans les Asiles, moi.. Tu vas voir un petit peu... Ils sont tous juifs dans les Asiles!... Ça va bien les divertir... d'entendre ton numéro de folies... tes bêtises... Ils vont te faire capitonner... T'iras, là-bas, médire des Juifs comme tu les appelles... dans un joli cabanon... Je te ferai faire une camisole exactement sur mesure... Alors, tu nous foutras la paix... Tu retourneras à tes romans... Si t'es sage t'auras un crayon... D'abord c'est des insanités... la "Race" ça n'existe plus... c'est des mythes...

--Voilà le grand bobard gode! pour nous!... à nous filer dans la bagouze... le "mythe des races."!... Les Juifs, eux leur métissage, leur faux-bamboula, ils en sont pas fiers comme d'une race!... Fiers comme Artaban. Ils en ont pas honte eux d'être Juifs!... Ils [322] savent d'où ils sortent... Ils se poussent au train comme des clebs... C'est eux qui sont les pires racistes... Eux dont tout le triomphe est raciste... Ils causent que pour nous égarer, pour nous étourdir... pour nous désarmer davantage... Tous les professeurs anthropologistes, francs-maçons du Front Populaire bien juifs, bien payés, nous l'affirment, que c'est fini, urbi-orbi, et voilà... C'est irréfutable... Le Front Populaire n'a jamais menti... C'est une berlue, c'est une chimère... un détraquement de la vision... bien navrante, une déconfiture de tes pauvres sens d'onaniste! une véritable idéorrhée... une perte de substance lécithique... Tu t'es trop poigné Ferdinand... Tu sais, ce qu'elle dit la "tante Annie" ?... Que ferai-je pour te guérir?... C'est l'épuisement de la ménopause?... T'as des bouffées?... Prends les Souris de l'abbé Jouvence...

-- Pourtant, dis donc, ils sont crépus?... Et la Palestine? C'est pas le berceau de la "Race"...

Ça y est, il venait de me remonter, il venait d'effleurer le sujet où je suis cataleptique... Je redevenais intarissable... volubile... incoercible...

-- Ils sont myopes! tes sémites! panards!... bas de cul! ils puent le nègre... est-ce exact?... déconnai-je encore?... Je te laisse deux souffles pour répondre...? Ont-ils les énormes nougats d'avoir poulopé dans les sables, si tant, si fort... et les bédouinages... dans les sables... à la chasse aux dattes, aux vieilles urines de chameaux... des siècles et des siècles?... Irréfutable!... Ces feuilles des écoutes en moulin... les panards palmés, je dis: juifs!... l'odeur! et les lunettes donc!... Ces vieux granulômes!... les suites... les séquelles miteuses...

Ah! Ah! je marquais facilement un point sur la chasse aux dattes... Je lui montrai tout de suite, les siens "de transat", qu'étaient vraiment d'amplitude! pour sa taille si brève... Là il était confondu...

-- C'est le martyre des belles youtres, que j'ai insisté, d'avoir les pieds un peu trop "forts"... Tous les bottiers de New-York le savent... Ils se trompent pas eux sur les races...

-- Tu les accables bien lâchement, Ferdinand, qu'il se rebiffe aussitôt. Toi aussi tu sors des sauvages... Si tu sors pas du désert, tu sors des cavernes, c'est bien pire! C'était encore bien plus fétide, bien plus écoeurant... Un désert c'est toujours propre... C'est pas des dattes qu'ils se tapaient tes cons d'Aryens pères... C'était de la catafouine de renne! de la vraie mouscaille bien fondante! et [323] pour l'Hiver des boules de fiente malaxées! pétries! voilà ce qu'ils s'envoyaient tes pères!... et puis du suif à la tourbe, bien rance bien fumé.. Des vrais mangeurs de choses immondes... Voilà ce que tu crânes?...

-- Voici un portrait bien textuel!... mais c'est pas pareil... pas pareil.. .

-- Toi aussi t'as plein de paille au train... De quoi tu te plains?... et pas encore de si longtemps!...

-- En vérité!... mais pas la même!... Chacun son odeur! je dis!... Tout est là!... Je force pas la mienne sur les Juifs.... C'est eux qui montent pour me renifler... J'aime pas leur odeur c'est tout... J'ai le droit... Je suis chez moi. J'y vais pas moi, à Tel-Aviv... D'abord ils sont bien trop racistes! à Tel-Aviv! encore bien plus féroces qu'Hitler! ... Ils sont "exclusifs" comme personne!

-- Mais alors, dis donc, Mr. Blum? tu le trouves petit lui?... bas du cul? Ah! Ah! Bisque!... Bisque!...

Il marquait un point...

-- M. Blum Karfulkenstein le Bulgare? que tu veux dire?... Ah! mais lui c'est une autre gomme! il est de Genève et de Lausanne!... C'est une exception! Il confirme la règle "bas du cul"... Il est le double bas du cul!... Il est le prince des Bas-du-cul!...

Le coup était nul...

La conversation devenait aigrelette... un peu incisive... On parlait à bâtons rompus...

-- Je veux pas périr par les Juifs! Je préfère un cancer à moi!. . pas le cancer juif!..

-- Personne te force!...

-- Si! Si!... Ils me forcent!... C'est eux les Juifs, qu'ont inventé le Patriotisme, après les Croisades!... la Réforme! pour faire bouziller les chrétiens...

-- Tu crois?...

-- Positif! C'est eux qu'ont tout découvert... Les Croisades et la Réforme, ça leur a très bien réussi, seulement le Patriotisme, je voudrais bien qu'ils le prennent dans le cul, ça me rendrait service...

-- Ils ont été persécutés...

-- C'est eux qui nous persécutent... C'est jamais nous... Ils se vengent de trucs qu'existent pas!.. On est les victimes des martyrs!... C'est nous les vampés! pas eux, saladés, transis de [324] mensonges, cocus, croulants dupés, sous toutes les oppressions juives. Tyrannies travesties, sournoises, genre "Optimiste" comme chez les Britons... écraseuse comme en Russie... pédante, cauteleuse, vineuse et patriote comme chez nous... Du kif!... Le monde ne marche pas tout seul... Je te dis... il peut pas marcher tout seul... Il faut que quelqu'un s'en occupe... commande... Ce sont les Juifs qui commandent... Le monde commandé par les Juifs, c'est un enfer pour les Aryens... sans abus, textuellement un enfer! avec les flammes! des crapauds partout! d'éternelles tortures... des révolutions, des guerres, des boucheries, à n'en plus finir... les unes dans les autres, et les Juifs toujours au fond de toute la musique!... toujours en train d'en remettre, délirer, de comploter d'autres calvaires pour nos viandes... d'autres abracadabrants massacres, d'en puruler! insatiables! toujours agioteurs! voyeurs! bandocheurs! effrénément... c'est leur vie!.. leur raison d'être... Ils crucifient. Voilà, j'ai tout dit, je pense... les Juifs.

-- C'est pas beaucoup, Ferdinand!...

-- Ah! si encore un petit mot, faut pas compter pour la prochaine que je me déplace... Je suis objecteur 700 pour 100. Le pacifiste, c'est plus le Juif... c'est moi!... La médaille militaire je l'ai depuis le 27 novembre 1914... Elle me rapporte 200 francs Blum par an... (20 francs suisses), j'en veux pas une autre... Ça sera la médaille d'lsraël l'autre... Alors tu comprends...

-- C'est pas très vif, comme esprit, Ferdinand... pour un Aryen t'es assez lourd!...

-- Je sais, pote, ton genre, je le connais, pour l'esprit c'est Eddie Cantor... Marx Brothers...

--Jabote toujours garde mobile!... C'est nous les Sels de la terre!... Tu l'as dit toi-même!

"Sel de la terre!...» Voilà le vocable dont je sursaute!... Je voulais lui rentrer dans la glotte... Il venait de provoquer encore mon humeur la plus intraitable!...

-- A!h! sel de la Terre! ... Ah! Consistoire! ... Ah! Sage de Sion!... Ah! macchabée... Ah! grimace!... Ah! alors, elle est indicible!... mais foutriquet de burnes de taupes!... Mais vous vous tenez tous qu'au bidon!... Un Juif c'est 100 pour 100 culot!... Tambour! ... Tambourin! Baguettes! Escamoteurs de vessies! .. Qu'on vous arrache le haut parleur... l'Ecran du vide! baudruches pourries!... Vous effondrez!... Au vice! A l'estampe? des Titans!... Au "travail loyal" comme vous dites! devant votre frêle [325] intérieur... des Faisans!... des faux féticheurs sursoufflés!... pas même des loufiats!... des éponges!... des vrais chiftirs, vous prenez tout!.. Plus de jus à sucer: Plus personne!... Tout autant vous Juifs! pauvres merdures rêches! tout épuisés du chromosome, tout filasseux!... ça gonfle qu'en trempant bien dans la soupe! comme tous les croûtons!... Dans le bouillon!... dans notre soupe!...

-- Tu vas te faire avoir, Ferdinand, dans la voie que tu t'engages... T'auras le monde entier contre toi, figure de légume!... Ça sera pas toujours facile de te faire passer pour inconscient... T'es un genre de fou qui raisonne... Les gens peuvent pas toujours savoir... Ils se trompent des fois... Ils peuvent se méprendre... Tu peux vexer des personnes... Tiens! moi, qui te veux du bien... Je t'ai jamais trompé Ferdinand... Je t'ai jamais tendu des pièges... Je t'ai jamais dit "Tu peux y aller"... que c'était une entourloupe?... pas vrai?... Hein?... dis-le?...

-- Gutman! c'est exact!...

-- Alors je te dis, moi nègre, Ferdinand, laisse tomber ces affreux propos.,. viens avec nous... tu seras content... T'es indigène?... tes frères de race, comme tu les nommes, ils te chient sur le tronc...

-- C'est exact Gutman.. c'est exact, autant que les Juifs...

-- Parce que tu sais pas les prendre... les Juifs, si tu savais les aborder, ils t'apprendraient à réussir... t'es qu'un sale raté dans ton genre... d'où, ces aigreurs imbéciles, ta tête de cochon... Regarde un peu les indigènes, les Juifs les contrarient jamais, eux... Au contraire, "Y a de la joie!" qu'ils chantent... Tu comprends a y a de la joie" de se faire enrouter!... Toi tu les engueules!... C'est pas une façon!... C'est toi qui les indisposes... Tu les humilies!... C'est vilain!... Regarde comme ils sont heureux tes "Français de race" d'avoir si bien reçu les Romains... d'avoir si bien tâté leur trique... si bien rampé sous les fourches... si bien orienté leurs miches... si bien avachi leurs endosses. Ils s'en congratulent encore à 18 siècles de distance!.. Toute la Sorbonne en jubile!... Ils en font tout leur bachot de cette merveilleuse enculade! Ils reluisent rien qu'au souvenir!... d'avoir si bien pris leur pied... avec les centurions bourrus... d'avoir si bien pompé César... d'avoir avec le dur carcan, si étrangleur, si féroce, rampé jusqu'à Rome, entravés pire que les mulets, croulants sous les chaînes... sous les chariots d'armes... de s'être bien fait glavioter par la populace romaine... Ils s'esclaffent encore tout transis, tout émus de cette [326] rétrospection... Ah! qu'on s'est parfaitement fait mettre!... Ah! la grosse! énorme civilisation!... On a le cul crevé pour toujours... Ah! mon popotas!... fiotas! fiotum!... Ils s'en caressent encore l'oigne... de reconnaissance... éperdue... Ah! les tendres miches!... Dum tu déclamas!... Roma!... Rosa! Rosa!... Tu pederum!... Rosa! Rosa! mon Cicéron!

Tout recommence et c'est parfait!.. Et voilà! tout! C'est la cadence! C'est la ronde! C'est les ondes! avec d'autres pafs! Le paf de youtre c'est bas, j'admets! dans la série animale, mais enfin quand même, ça bouge... Ça vaut bien une bite d'Empereur mort ?... Tu n'es pas d'avis?...

-- Mais si, mais si... j'étais d'avis...

-- Puisque c'est le destin des Français de se faire miser dans le cours des âges... puisqu'ils passent d'un siècle à l'autre... d'une bite d'étrusque sur une bite maure... sur un polard de ritain... Une youtre gaule ou une saxonne?... Ça fait pas beaucoup de différence! C'est abusif de bouder... Tous les conquérants, ils doivent, c'est bien naturel, mettre les conquis! c'est la loi des plus vives Espèces!... Si fait... Si fait...

-- Regarde un peu toutes les mignonnes, les Aryennes... c'est facile à discerner où qu'elles vont leurs préférences... au théâtre, au cinéma, dans n'importe quel salon... "première", croisière, musette, tennis?... Elles foncent toutes, remarque, littéralement sur le Juif, sur le crépu, sur le "toucan". Le crépu c'est le Roi du jour... Il monte... Le blanc descend... C'est lui qui a tous les honneurs!... C'est pour lui qu'on se met dans les frais... Elles raisonnent pas les mignonnes, elles suivent leur instinct, leur ventre... Le Juif il est parfait pour elles, il a l'avenir, il a le pognon... On n'a pas besoin de leur apprendre... Elles sentent ces choses-là de nature... Elles vibrent... Elles reçoivent les ondes... les ondes nègres... C'est le beau môme d'aujourd'hui! le Juif! le Juif dans tous les films, légèrement crépu, bas du pot, panard, un peu myope! Oh! comme il est distingué!... Surtout à la ville!... Ah! Comme il a l'air raffiné!... avec ses jolies lunettes!... Ah! c'est pas un fou celui-là, ni un paysan!...

-- C'est vrai, c'est irréfutable, les Juifs gagnent de tous les côtés. Toutes les gonzesses aux Abyssins! La race plein les miches! ... Elles en ont le panier en compote! elles peuvent plus s'asseoir tellement elles ont le fias enjuivant... Ah! comme ils baisent fort... ces frisés!... Ah! comme ils sont brûlants! volcans!... [327] C'est des vrais coeurs d'amants! ... Cette bonne Philomène! Tu penses comme tous les nègres! Braquemards faits hommes!

"Ils viendront jusque dans nos bras... Egorger nos fils... nos compa-a-a-gnes... Aux armes!..." Il avait le mot drôle Rouget de l'Isle!... Ils égorgent bien les fils et les pères avec... mais ils enculent les compagnes... C'est encore du bénéfice... C'est déjà beaucoup moins affreux... qu'avec les "férooooces soldats!"... Tu peux pas prétendre le contraire! Tu devrais reconnaître!... reconnaissant!... Ils "mettent" un peu les girons, mais c'est pour la plaisanterie!... pour la bonne franquette... pour mieux encore assimiler...

Si les Allemands avaient gagné (si les Juifs avaient bien voulu, c'est-à-dire) la guerre de 14, eh bien les Français du sol, ils en auraient joliment joui! ils auraient pris leur pied pépère avec les Fritz... Les grenadiers de Poméranie, les cuirassiers blancs!... Ah! alors ça c'est des beaux mecs!... Ça serait passé dans l'enthousiasme, un vrai mariage passionnel!... Les Français ils deviennent tout ce qu'on veut quand on réfléchit. . Ils deviennent au fond, n'importe qui... n'importe quoi... Ils veulent bien devenir nègres... ils demandent pas mieux... Pourvu qu'un mâle bien cruel les enfouraille jusqu'au nombril ils s'estiment joliment heureux... C'est qu'une très longue succession, notre histoire, depuis les Gaulois, de cruels enfourailleurs. Pas un seul roi qu'était français. A présent en pleine décadence, faut se faire étreindre par des larvaires... se contenter de ce qui reste... Les Français toujours si avares, ils engraissent quand même très bien, tous leurs maquereaux du pouvoir. A présent que c'est le tour des youtres, leur suprême triomphe, ils vont finir raides comme des passes... Mais plus on se fait foutre... plus on demande... Et puis voilà qu'on leur promet aux Français, des bourreaux tartares!... C'est pas des choses à résister... Mais c'est une affriolance!... Comment voudrais tu qu'on les retienne?... Mais c'est le "bouquet" priapique!... "Des vrais de vrais!" plus que sauvages!... Des tortureurs impitoyables!... Pas des sous-raclures d'Abyssins!... Mais non!... Mais non!... Que des tripières sur-calibrées! en cornes d'Auroch! Tu vois ça d'ici! .. Ce voyage dans la Potosphère! Ah! comme ils vont nous faire souffrir! Ah! ces ardents. Ah! mon joyeux!... Ah! ces furieux!... Ah! mon timide!... Après on aura les Kirghizes... C'est au programme!... Ah! c'est promis!... Et puis des Mongols!... encore plus haineux!... plus bridés!... Qui croquent la terre et les vermines... Ah! comme ils vont nous transverser!... Et puis [328] d'autres, plus chinois encore! plus jaunes!... plus verts... Toujours plus acharnés au pot... Ah! Ils vous entament! Ils nous étripent!... C'est la Croix dans le plein du cul!... Plus ils sont étranges... plus c'est fou!... Plus ils dilatent... plus ils s'enfoncent! C'est la vie des anges par le pot!... Ils nous tuent... Voilà comme ils disent les Français!... Gutman il avait le dernier mot...

--J'ai connu un agonique, tiens je vais te faire tout comprendre... dans ma clientèle, un garçon qui s'en allait... jeune, un artiste, et homme du monde... J'en ai vu beaucoup d'agoniques... mais celui-là... Quand on lui passait le thermomètre, qu'on lui laissait un peu à demeure... ça lui redonnait des sensations... ça le faisait encore bandocher... malgré qu'il était au coma... Il gardait ses habitudes... C'est même comme ça qu'il a fini... dans les bras de sa mère... C'est pour te dire, ma chère langouste, que dans les choses du sentiment, la raison n'a jamais de place... Ça n'a jamais ni fin, ni cesse... C'est une chose de vie dans la mort... Tu me saisis?


[329]


Le capitaine Dreyfus est bien plus grand que le capitaine Bonaparte. Il a conquis la France et il l'a gardée.


[330]

 

Il a bien raison Gutman: tous ces vices après tout me débèctent... Toute cette invasion d'Abyssins n'est plus supportable. Il avait raison Lipchitz: "Les Français qui sont pas contents, nous les ferons sortir..." Je vais me tirer... On me le dira pas deux fois. Peut-être en Irlande... Ils aiment pas les Juifs en Irlande, ni les Anglais. Ils les abominent conjointement. C'est la bonne disposition par les temps qui courent... la seule! Mais je peux pas partir comme une fleur... Je veux pas tomber à la charge des Irlandais... Je sais ce qu'il en retourne... Il me faut un petit viatique... Bien sûr, ce livre va se vendre... La critique va se l'arracher... J'ai fait les questions, les réponses... Alors?... Je crois bien que j'ai tout prévu... Elle pourra chier tant qu'elle voudra, la Critique... Je l'ai conchiée bien plus d'avance! Ah! je l'emmerde, c'est le cas de le dire! C'est la façon! J'aurai forcément le dernier mot! en long comme en profondeur... c'est la seule manière. J'ai pris toutes mes précautions. Mais la critique c'est pas grave, c'est bien accessoire... Ce qui compte c'est le lecteur! C'est lui qu'il faut considérer... séduire. Je le connais Français moyen, regardant, objectif, vindicatif... Il en veut plus que pour son plâtre... dès qu'il ne s'agit plus d'un Juif... Et je n'ai pas sa cote d'amour!... Je vais donc lui donner bon poids. Je vais le gâter décidément. Je vais ajouter quelques chapitres... une dizaine... que ça représente un vrai volume... Je vais faire un peu de Baedecker... C'est la mode, c'est les Croisières... C'est susceptible de le fasciner... le genre "Magazine


Ce texte comporte les pages 331-340 du pamphlet de Louis-Ferdinand Céline, intitulé Bagatelles pour un massacre. Le "massacre", dans la pensée de l'auteur, est évidemment celui qu'il prévoit, en 1937, comme ce qui arriverait s'il éclatait une deuxième guerre mondiale.

Contrairement à la rumeur, les pamphlets ne sont pas interdit par des lois, des règlements ou des tribunaux. Ils n'ont pas été réédités par des maisons d'édition ayant pignon sur rue parce que l'auteur, revenu en France, voulait pouvoir vendre les livres qu'il écrivait alors pour gagner sa pitance. Cette mesure d'opportunité n'a plus lieu d'être après la disparition de l'auteur, en 1961. Personne n'a la droit de soustraire à la légitime curiosité des générations suivantes ce qui a été le noyau incandescent de la littérature française vers le milieu du vingtième siècle.

Le texte ici reproduit est celui d'une édition probablement pirate. Les détenteurs d'une éditions réellement authentique voudront bien nous signaler les éventuelles différences.

D'autres groupes de 10 pages suivront.

++++++++++++++++++++++++++++

Vous avez téléchargé ce document à<http://www.abbc.net/solus/baga31.html>


Homepage Solus / Précédent / Suivant

[email protected]