Radio Islam logo

Zionism     |    Judaism     |    Jewish Power    |     Revisionism    |     Islam     |    About     |    Home



The French newspaper Liberation published a short article condemning my essay Midas Ears for its 'antisemitism'. As you maybe remember, in this piece I quote French Jewish historian and a leading luminary of Institute of Antisemitism in Jerusalem who admits the French Jews bought and subverted the French media before World War Two. Liberation skips all the evidence, condemns me and threatens my translator with sanctions. A French thinker Jean-Francois Poirier wrote a response to the Liberation. His extremely rich language and deep thought makes it an interesting text by its own merits. Below, the letter of Poirier in English, the piece in Liberation in English and both documents in French.

-- Shamir



Is Israel Shamir antisemite?
By Jean-Francois Poirier

Once Goebbels had proposed to Fritz Lang to become the film director of the Third Reich. Leni Riefenstahl was not bad, Veit Harlan had skills, too, but Fritz Lang was incomparable, in Goebbels view. “But I am Jewish”, - Fritz had objected. Doctor Joseph Goebbels, relentless, had answered: “It’s up to us to decide who is Jewish and who is not”. Today we live in a slightly different dictatorship, the Propaganda ministry has been privatised and the shares have been sold to the newspapers, radios and televisions and the mark of infamy has changed - it is no more to be Jewish. Nowadays, the unforgivable sin is to be antisemite, a charge of which Propaganda makes a discretionary use. It is them who decide who is antisemite and who is not.

If the administration of propaganda radically changed since the war, its techniques, on the other hand, remained quite the same. Bertolt Brecht has made a perfect analysis of them in The Copper. The Fuehrer says that whoever does not adhere to such or such idea is the worst of men, somebody who has to be eliminated before it is too late. Nay, he does not say it, he howls it, he vociferates it, he shows to everybody that his body is seized by the spasms of a furious indignation and by the tremors of a sacred anger: the body cannot lie, the good faith of the Fuehrer cannot be questioned. One expects that he will stop here, the evidence of his speech is such that one could hardly add anything, be it the beginning of a proof for example, without conceding to the adversary that his point of view could also have some reasons of its own. Well, one is mistaken, as after the fit here always comes a "because" (German denn), pronounced in rather a calm way, which opens the gate to a whole series of arguments or proofs. But what are these proofs? Brecht specifies that to us : whatever, all that passes through his mind, things which does not pertain to the subject in any way, and the less they pertain to it, the better it is, for the only important thing is to show that one has got one’s good points too, that’s all, whatever these points may be.

Israel Shamir, an Israeli writer and translator (into Russian from Homer, Joyce, Agnon), born in Russia, is thus charged by a French newspaper. Shamir does not want to exterminate the Arabs as a whole and the Palestinians in particular, he expresses no predilection for the murder of little boys –surely intended as a way of eradicating evil from its very roots (they represent a quarter of all Palestinian victims killed last March); he thinks that Jews harbour a widely spread network of evildoers which took hostage other “Jews”. If we understand him properly, whoever contests the criminal guidance of the Jewish leadership, whoever doubts the right of the leadership to speak in the name of all the Jews is branded an apostate, a renegade and is treated as such.

When reading the fatwa which was published against Shamir (in Liberation), one will notice that it is aimed against his translator (as translators are naughty guys - they spread thoughts beyond their sphere of natural reception, they span the barriers of languages without asking a permit, they behave as if all the thoughts had a right of citizenship in all the tongues. It is a very dangerous idea: we could very well end up applying it to people, which would not do at all).

Salman Rushdie escaped uninjured from the fatwa which was launched against him and which gave him a reputation that his mere artistic means would give no slightest hope to attain, but his translators, one remembers, did not escape as well as he did. Anyway they say: Shamir is anti-semite.

Perhaps you will say that Shamir is a Jew by birth and thus cannot be anti-semite. You will say that he is not against Arabs, while Arabs are Semites. Indeed, Arabic is by far more authentically Semitic a language than modern Hebrew, reshaped by a linguist of the XIXe century the way Viollet-le-Duc rebuilt Gothic cathedrals at the same time, and which is as Hebrew as Church Latin is Latin. You will say that to criticize a policy chosen by a group is not equivalent to call for extermination of this group. You may say that to distinguish between ‘Jews by intention’ and ‘Jews by chance’ is extremely anti-racist approach. But it will show that you are a simpleton or a malevolent man, or perhaps a malevolent simpleton.

Antisemitism is the cardinal sin, the focal point around which the contemporary definition of evil takes place and around this black sun the four other evils are in orbit: holocaust denial, Islam, terror and paedophilia. A literary policeman has even proven to us that the five evils always go together, as does the Good according to Socrates whose five elements cannot suffer the defection of one of them without the absolute loss of good, and reciprocally, presence of one of them necessarily implies presence of all the rest.

An antisemite dreams of denouncing Mrs. Lévy, the English teacher – second floor – to the Gestapo, in order to take advantage of her flat; he laughs sardonically when you say to him that you have lost all your beloved ones in the concentration camps; he does not find mental peace but within the narrow framework of a simplistic and barbarian religion like Islam (this religion forbids women to wear bikini, so it’s said in the Quran). He is full of stinking hatred and rejoices at the bombs which explode everywhere in the world and he ends up touching little children. Why should he touch the little children? Well… why wouldn’t he touch the little children?

As I was about to write a letter of support to Shamir, I wonder whether I am right supporting this man? Suffice it that I manage to convince myself he is a freak. Nasser ed-Dine Hodja is waiting for his turn in the interminable line of bakery customers, and all of a sudden, he is hit by a stroke of genius, and he starts shouting: "The sultan invites all the citizens to his table for lunch!” The customers run towards the palace. After a while, Nasser ed-Dine who was about to be attended, follows their suit: "Who knows … Maybe it is true? One never knows", he says to himself.

One never knows, perhaps Shamir is a freak. Nobody has ever tried to exterminate all freaks. It is true that the Nazis had started to do it, but the Third Reich lasted only twelve years instead of the promised millennium and it is quite clear that a thousand year work cannot be done in twelve years. We could crucify Shamir, for starters, then we would poison all his supporters, which would already make some room in the line…

[Jean-François Poirier, translator of Walter Benjamin, a German philosopher and well-known antisemite, who had read with utmost interest the books of Carl Schmitt, author of Nazi Germany constitution, and it IS the proof that he is an antisemite, is that not ?]





Libération : Charge of antisemitism against a pro-Palestinian association.

The Marseille branch of AMFP has circulated a filthy text.
By Michel Henry
Thursday 03 April 2003
from our correspondent in Marseille


Far removed from its usual actions of support for the Palestinian cause, AMFP - Association médicale franco-palestinienne de Marseille / Franco-Palestinian Medical Association of Marseille - published on March 20th, in its letter of information, an openly anti-semitic text which provoked the anger of certain addressees and led the Association France Palestine Solidarité (France-Palestine Solidarity Association) - to which AMFP was affiliated - to condemn “the explicitly anti-semitic contents” and to disown the publication. “It is not possible, there is no excuse, the AMFP guy who translated this text has resigned and we have cancelled the Marseille group’s reference to our association”, says Bernard Ravenel, the chair of the France Palestine Solidarité Association. The members of the Marseille-based association have not answered our calls [or appeals] to express their position.

Seminar

The author, Israel Shamir, who appears on his Internet site as an Israeli of Russian origin, had already shocked people during a talk at a Unesco seminar in Paris in 2001, of which he boasts in this text: “When I referred to the « Jewish tycoons of the media », I clearly realized that my audience’s hearts skipped at least one beat”. This time, he goes much further, by alleging that the “organized Jewish community” is responsible for the war in Iraq, just as, according to him, it was responsible for the Second World war.

“Control”

According to Shamir, the Jews of France secretly bought and subverted French media for many years to deform the national discourse and rush France – which was not ready for it – into the horrible and unneeded Second World war”. And he asks: “Is it totally unthinkable that the American Jews secretly took control of their national media and are today precipitating the United States into a horrible and the unneeded Third World war?” To denounce “the opaque secret of Jewish power”, Shamir publishes a detailed list of the “Jewish media tycoons” in the United States and calls to counter them, through an antitrust law.

For him, “the American patriotic forces” have to “act now”: “They have an enemy, but this enemy is not in Iraq”. It is the famous internal enemy [or enemy within] in which anti-semitic literature has delighted for ages. Logorrhea. These totally unambiguous comments were published by AMFP without batting an eyelid in the letter which it circulates, via e-mail, to more than 6,800 addressees. The translator, Marcel Charbonnier, was able to assess word by word the anti-semitic logorrhea, which apparently did not shock him. As a result, he is now liable to penalties.





Israël Shamir est-il antisémite ?

On se souvient que Goebbels avait proposé à Fritz Lang d’être le cinéaste du IIIe Reich, Leni Riefenstahl, ce n’était pas mal, Veit Harlan avait du métier mais Fritz Lang était incomparable. Mais je suis juif avait objecté Fritz, le Docteur Joseph Goebbels, implacable, avait répondu, c’est nous qui décidons qui est juif et qui ne l’est pas. Aujourd’hui nous vivons dans une dictature un peu différente, le ministère de la propagande a été privatisé et les parts ont été cédées aux journaux, aux radios et aux télévisions, la marque d’infamie a changé, ce n’est plus d’être juif maintenant, le péché impardonnable c’est d’être antisémite, une accusation dont la Propagande fait un usage discrétionnaire. Elle décide qui est antisémite et qui ne l’est pas.

Si l’administration de la propagande a profondément changé, ses techniques sont en revanche restées à peu près les mêmes. Bertolt Brecht en avait livré une analyse parfaite dans L’Achat du cuivre. Le führer dit que celui qui n’adhère pas à telle idée est le pire des hommes, quelqu’un qu’il faut éliminer avant qu’il ne soit trop tard. Il ne le dit pas, il le hurle, il le vocifère, il le rugit, il montre à tous que son corps est saisi des spasmes d’une indignation furieuse, des tremblements d’une colère sacrée : le corps ne saurait mentir, la bonne foi du führer ne peut être mise en doute. On s’attend à ce qu’il s’arrête là, l’évidence de son propos est telle qu’on ne peut guère ajouter quoi que ce soit, une petite preuve par exemple, sans concéder à l’ennemi que son point de vue pourrait avoir lui aussi ses raisons. Eh bien on se trompe, après la transe vient toujours un « car » (denn en allemand), prononcé plutôt calmement, qui ouvre la porte à une série d’arguments. Mais que sont ces arguments ? Brecht nous le précise : n’importe quoi, tout ce qui lui passe par la tête, des choses qui n’ont rien à voir avec le sujet, et moins elles ont à voir avec le sujet mieux c’est, car il faut seulement montrer qu’on a aussi des arguments, c’est tout, peu importe lesquels.

Israël Shamir, de nationalité israélienne, écrivain et traducteur (en russe de Homère, Joyce, d’Agnon), d’origine russe, se trouve ainsi mis en accusation par un journal français. Shamir croit qu’il n’est pas bien de vouloir exterminer les Arabes en général et les Palestiniens en particulier, ni de manifester une prédilection pour l’assassinat des petits garçons – une manière d’extirper le mal à sa racine – (ils représentent le quart des cent victimes palestiniennes du mois de mars) ; il pense que des juifs ont formé une association de malfaiteurs très bien ramifiée qui a pris en otage tous ceux qu’elle décrète juifs selon des critères qui sont ceux de la naissance, soit exactement ceux qu’ont défini les lois de Nuremberg, le choix et les convictions ne pouvant rien contre les fatalités biologiques (mais avec des entorses, ni les Falashas ni les petits blondinets russes qui vont en boîte de nuit au Dolphi à Jaffa ne ressemblent vraiment aux caricatures de Je suis partout et de Gringoire - et, inversement, un non-juif, de surcroît antisémite typique, comme Ben Laden peut y ressembler furieusement, regardez la caricature qu’avait faite de lui Pancho dans Le Monde, il faut avoir l’esprit agile pour suivre la propagande moderne). À l’en croire, qui conteste cette direction criminelle, qui parle au nom de tous les juifs, et sa prétendue représentativité devient un apostat, un renégat et est traité comme tel. En lisant la fatwa qui a été lancée contre Shamir, on remarquera qu’on en promet d’abord l’application à son traducteur (les traducteurs sont une sale race, ils ébruitent les pensées au-delà de leur sphère de réception naturelle, ils enjambent les barrières des langues sans demander d’autorisation, font comme si toutes les pensées avait droit de cité dans tous les idiomes à condition de respecter les lois morales de la syntaxe d’accueil, un schéma très dangereux qu’on pourrait finir par appliquer aux gens, ce qui n’irait pas du tout). Salman Rushdie s’est plutôt bien tiré de la fatwa qui a été lancée contre lui et qui lui a valu une renommée que ses seuls moyens littéraires ne lui permettaient guère d’espérer, mais ses traducteurs, on se le rappelle, ne s’en sont pas si bien tirés. Voilà donc Shamir antisémite.

Vous allez vouloir expliquer que Shamir a des ancêtres juifs et ne peut donc pas être antisémite, que les Arabes sont des sémites et que la langue arabe est autrement plus authentiquement sémitique que l’hébreu moderne, refait par un linguiste du XIXe siècle comme Viollet-le-Duc refaisait des cathédrales gothiques à la même époque, et qui est hébreu comme le latin d’église est latin, que critiquer une politique menée par un groupe n’est pas réclamer son extermination, que distinguer, au sein d’une communauté plus ou moins imaginaire comme le sont toutes les communautés partielles, la seule qui soit réelle étant la communauté des êtres humains, entre les juifs par projet et par intention et ceux qui ne le sont que fortuitement, c’est discréditer toute notion de « race », vous ne ferez que montrer que vous êtes un simplet ou un malveillant, ou peut-être un simplet malveillant – la tendance est de plus en plus à condamner à de lourdes peines voire à mort les handicapés mentaux criminels – qui n’a rien compris à ce qu’est l’antisémitisme. L’antisémitisme c’est la souillure majeure, le point focal autour duquel s’organise la définition contemporaine du mal et autour de ce soleil noir gravitent quatre autres maux, le négationnisme, l’islamisme, le terrorisme et la pédophilie. Un dynamique policier dans l’âme qui s’est fait un nom dans les lettres nous a même démontré que les cinq maux allaient toujours ensemble, à l’enseigne du bien chez Socrate dont on sait que les cinq éléments ne sauraient souffrir une défection sans que le bien s’absente absolument et que, réciproquement, l’un d’entre eux emmènent nécessairement tous les autres à sa suite. L’antisémite rêve de dénoncer à la Gestapo Mme Lévy, la professeur d’anglais du deuxième, pour récupérer son appartement, il ricane quand vous lui dites que vous avez perdu toute votre famille dans les camps, il ne retrouve un moment de cohésion mentale que dans le cadre étroit d’une religion simpliste et barbare comme l’islam (la preuve, elle interdit aux femmes de se mettre en bikini, c’est dit explicitement dans Le Coran, Dieu le Sublime a dit la vérité), la haine fétide qui fermente en lui le fait se réjouir de toutes les bombes qui explosent un peu partout dans le monde et il finit par toucher les petits enfants. Pourquoi toucher les petits enfants ? Et bien pourquoi ne toucherait-il pas les petits enfants ?

Parti pour écrire une lettre de soutien à Shamir, je me demande si j’ai bien raison de soutenir ce Shamir. Il suffit que j’arrive à me convaincre que c’est un monstre. Nasserdine Hojda attend dans la file interminable des clients de la boulangerie, il a tout d’un coup un éclair de génie, il crie : « Le sultan invite toute la ville à sa table ce midi » ; les clients désertent en masse la queue et courent vers le palais, Nasserdine leur emboîte le pas : « Et si c’était vrai, on ne sait jamais », dit-il à part soi. On ne sait jamais, Shamir est peut-être un monstre. On n’a jamais essayé d’exterminer le monstre et tous ses pareils. Les nazis avaient bien commencé mais le IIIe Reich n’a duré que douze ans au lieu des mille ans promis et il est bien clair qu’on ne peut faire en douze ans le travail de mille ans. Si on essayait cette fois pour de bon ? On pourrait commencer par crucifier Shamir puis on empoisonnerait tous ceux qui le soutienne, ça ferait déjà de la place dans la file.

Jean-François Poirier, traducteur, entre autres, de Walter Benjamin, philosophe allemand ; son antisémitisme est notoire, Benjamin reconnaissait en effet sa dette à l’égard de l’œuvre de Carl Schmitt, auteur de la Constitution de l’Allemagne nazie et aussi d’un livre de philosophie du droit constitutionnel qui a failli inspirer la constitution de l’État hébreu, comme le rapporte cette pipelette de Jacob Taubes dans son ouvrage sur Saint Paul, avant que ledit État ne se ravise et n’adopte, grâce à Dieu, la Torah comme constitution.



Libération : Charge antisémite d'une association propalestinienne

La branche marseillaise de l'AMFP a diffusé un texte ordurier.
Par Michel HENRY
jeudi 03 avril 2003


Marseille de notre correspondant ien loin de ses actions habituelles de soutien à la cause palestinienne, l'Association médicale franco- palestinienne de Marseille (AMFP) a publié, le 20 mars dans sa lettre d'information, un texte ouvertement antisémite qui a provoqué la colère de certains destinataires et amené l'Association France Palestine Solidarité (à laquelle l'AMFP était affiliée) à en condamner «le contenu explicitement antisémite» et à en désavouer la publication. «Ce n'est pas possible, il n'y a pas d'excuse, le gars de l'AMFP qui a traduit ce texte a démissionne et nous avons annulé la référence du groupe de Marseille à notre association», indique Bernard Ravenel, le président de l'association France Palestine Solidarité. Les membres de l'association marseillaise n'ont pas répondu à nos appels pour exprimer leur position. Colloque. L'auteur, Israël Shamir, qui se présente sur son site Internet comme un Israélien d'origine russe, avait déjà choqué lors d'une intervention à un colloque de l'Unesco à Paris en 2001, ce dont il se vante dans ce texte : «Lorsque j'ai fait allusion aux "magnats juifs des médias", je me suis bien rendu compte que les coeurs de mon public ont raté au moins un battement.» Cette fois, il va beaucoup plus loin, en soutenant que la «juiverie organisée» serait responsable de la guerre en Irak, comme elle l'était, selon lui, de la Seconde Guerre mondiale. «Contrôle». Pour Shamir, les «juifs de France ont acheté secrètement et subverti des médias français durant de nombreuses années afin de déformer le discours national et de précipiter une France qui n'y était pas prête dans l'horrible et totalement inutile Seconde Guerre mondiale». Et il demande : «Est-il totalement impensable que les juifs américains aient pris secrètement le contrôle de leurs médias nationaux et soient aujourd'hui en train de précipiter les Etats-Unis dans une horrible et totalement inutile Troisième Guerre mondiale ?» Pour dénoncer «le secret opaque du pouvoir juif», Shamir publie une liste détaillée des «magnats juifs des médias» aux Etats-Unis et appelle à les contrer, via une loi antitrust. Pour lui, «les forces patriotiques américaines» doivent «agir maintenant» : «Elles ont un ennemi, mais cet ennemi ne se trouve pas en Irak.» C'est le fameux ennemi intérieur dont se repaît depuis des lustres la littérature antisémite. Logorrhée. Ces propos dénués d'ambiguïté ont été publiés sans sourciller par l'AMFP dans la lettre qu'elle distribue, via e-mail, à plus de 6 800 destinataires. Le traducteur, Marcel Charbonnier, a pu en apprécier mot par mot la logorrhée antisémite, qui ne l'a apparemment pas choqué. Cela le rend aujourd'hui passible de sanctions pénales. To subscribe to this group, send an email to: [email protected]

 

JEWISH TRIBAL REVIEW

 



Zionism      |    Judaism      |    Jewish Power     |     Revisionism     |     Islam     |    About     |    Home